« Personnes indésirables » : stupéfaction ce jeudi lorsque nous prenons connaissance des propos tenus par le bourgmestre de Ciney sur Facebook, et par les commentaires qu’ils suscitent. Ou quand un politique en perte de vitesse perd les pédales.

Jean-Marie Cheffert partage un article ainsi que les réactions du secrétaire d’Etat NVA Théo Francken sur le désormais fameux petit parti Islam. Soit, c’est son droit, même si nous jugeons abjecte l’attitude du ministre NVA. Mais immédiatement, c’est l’émotion sur la page Facebook du bourgmestre cinacien. Une émotion qui, parfois, ne se contrôle plus : « qu’on les tire ! » lance un internaute, parmi d’autres propos à l’emporte-pièce.

Jean-Marie Cheffert, qui est juriste, devrait savoir qu’on ne laisse pas impunément des propos incitant à la haine sur son propre mur Facebook. Pourtant, il fait juste le contraire de ce qu’on attendrait d’un homme politique investi de responsabilités: il crée un amalgame inacceptable entre l’action politique –condamnée de toutes parts- d’un quarteron d’extrémistes en mal de reconnaissance avec le drame vécu par des dizaines de milliers d’êtres humains en détresse. Voici ce qu’il indique, à la suite d’une salve de commentaires peu amènes : « Certains voudraient faire reconnaître notre belle ville comme commune hospitalière !!! De quoi ainsi créer un appel d’air pour certaines personnes indésirables !!! »

Pour Ecolo –porteur de la motion « Ville hospitalière » et clairement épinglé par le bourgmestre en même temps que le PS- ces propos sont odieux. « En quoi le fait de se déclarer accueillants à la détresse humaine peut-il être considéré comme un soutien à des extrémistes ; et en quoi le fait pour Ciney de se montrer solidaire des drames humains qui se nouent au sein même de l’Europe serait-il de nature à amener des « indésirables » ? » s’offusque le chef de file Ecolo François Bouchat ?

« Pour quelques voix, Jean-Marie Cheffert est-il prêt à perdre toute dignité ? Ses propos sont une injure pour tous ceux qui consacrent du temps et de l’énergie à accueillir, aiguiller, soigner les personnes en difficulté, peu importe leur origine ».

On aurait pu au moins espérer que Jean-Marie Cheffert se rende compte des dérives engendrées par ses posts malencontreux. Or, il n’en fait rien : nous pouvons démontrer que, plutôt que de supprimer des posts clairement racistes (par exemple : « qu’ils retournent dans leurs pays de singe ») , Jean-Marie Cheffert a préféré supprimer des posts critiquant son attitude. Un comble.

Dans les temps difficiles que nous vivons, ces attitudes ne sont pas anodines. A l’instar des populistes qui jouent sur les peurs et le manque d’information des citoyens, Jean-Marie Cheffert abandonne le rôle qui devrait être le sien : celui d’un mandataire politique conscient de ses responsabilités. Nous les lui rappelons donc en signalant cette séquence hallucinante au service public indépendant de lutte contre la discrimination et de promotion de l’égalité des chances, UNIA.

Avec Ecolo, à Ciney, créons demain, autrement !

Share This