La transition pour moi, ça a été un déclic: d’abord un reportage américain sur le zéro déchet et une conférence de Béa Johnson, les livres de Pierre Rhabi, et puis le film « Demain » de Cyril Dion. Je me suis rendue compte que transmettre des valeurs écologiques à mes enfants mais leur donner en héritage une planète polluée n’avait aucun sens. Jusque-là je n’avais pas l’impression d’avoir un réel impact négatif sur notre Terre par ma façon de vivre. Comme beaucoup, je pensais qu’il revient aux industriels et aux politiques de changer les choses.

Puis, peu à peu, je me suis sentie presque coupable d’avoir vécu ainsi sans réfléchir aux conséquences… J’ai donc décidé de rejoindre le mouvement des Colibris, ces personnes qui inventent, expérimentent et coopèrent concrètement, dans le respect de la nature et de l’être humain. En bref, je veux faire ma part pour un monde meilleur.

Il y a trois ans, avec mes proches, j’ai décidé de me lancer dans une vie zéro déchet. Je crois que le besoin de changement germe chez le consommateur. Car c’est lui, par l’intermédiaire de ses achats, qui oriente les politiques industrielles.  Petit à petit, j’ai donc changé ma manière de consommer au quotidien pour essayer de ne générer aucun déchet non-recyclable ou non-compostable. Ce n’est pas facile, mais qu’est ce que c’est gratifiant quand on parvient à franchir un cap nouveau dans la démarche ! Je vis une vie comme les autres, mais je remarque que le zéro déchet est une prise de conscience qui me rend heureuse. En faisant ce choix, j’ai allégé mon quotidien, je fais des économies, j’ai à nouveau plus de temps pour moi, je prends du plaisir à faire mes courses, je fais de chouettes rencontres, je mange mieux et de qualité, et surtout, j’ai l’impression d’aller vers l’essentiel.

Il y a un an, j’ai eu l’idée de lancer un groupe facebook zéro déchet à Ciney et d’organiser régulièrement chez moi des ateliers zéro déchet pour débutants. J’ai également mis sur pied avec l’aide des membres de ce groupe (plus de 500 personnes à l’heure actuelle) une liste de tous les commerces de la région qui acceptent les contenants de leurs clients, que ce soient les épiceries, les artisans-bouchers, les fromagers, les fermes, etc…

J’ai créé ce groupe dans le but de former une communauté de personnes désireuses de partager, d’aider et de se lancer dans le mode de vie zéro déchet. On partage ainsi nos bonnes adresses, nos bons gestes, nos expériences et nos recettes. J’ai ainsi rencontré, d’abord virtuellement et puis de vive voix, des personnes très sympas, très ouvertes et surtout désireuses de changer les choses, tout comme moi. L’idée est aussi de faire « boule de neige ».

Je suis convaincue qu’en changeant ses propres habitudes, on peut voir les choses différemment. On devient réellement « acteur de changement ». Mon ambition pour Ciney, c’est d’allumer cette étincelle de changement, chez les enfants, dans les groupes et les communautés qui forment le tissu social cinacien. Pour que petit à petit, nous puissions faire de notre commune un modèle en matière de déchets. L’effet « boule de neige », toujours…

Valérie Van Heer, Ychippe

Share This