L’ordre du jour initial du Conseil communal de ce lundi 17 février était assez light, Ecolo Ciney en a donc profité pour amener les discussions sur des points jugés importants et porteurs d’enjeux. En voici un court résumé, vu de notre œil subjectif de conseillers communaux Ecolo :

Projet de Maternités Commerciales

Le Collège soumettait la validation d’un règlement d’ordre intérieur pour les (peut-être futures) maternités commerciales. De quoi s’agit-il ? Le Collège souhaite acheter des immeubles avec espace commercial et les louer à un prix avantageux dans le but de relancer le commerce en centre-ville. Ecolo s’oppose à ce projet et on vous explique pourquoi !

Suite aux nombreux contacts qu’elle avait pris à ce sujet, France Masai est intervenue de manière détaillée et constructive sur ce dossier.
Ecolo n’est pas favorable à ces maternités commerciales pour plusieurs raisons :

  1. L’AMCV (association du management de centre ville), par la voie de son responsable Jean-Luc Callonger, nous a expliqué qu’en 20 ans d’expériences, ce type de démarche n’a jamais donné satisfaction.
  2. Dans le cas présent, la dynamisation du centre-ville reposerait sur un seul commerçant, cela nous parait utopique et cela met beaucoup de pression sur le commerçant en question !
  3. Le coût est exhorbitant puisqu’on parle d’une acquisition de 250.000€ pour un seul commerce.

Par ailleurs, la région Wallonne vient de mettre en place une action de soutien au dynamisme commercial des centre-ville via son projet « CréaShop » et Ciney fait partie des villes qui peuvent en bénéficier. Un financement wallon pourrait donc servir au développement de plusieurs commerces en centre-ville à Ciney, l’idée nous parait intéressante, plus adaptée et moins coûteuse pour la ville de Ciney.

Dans ce contexte, France a proposé de reporter le point pour permettre de mûrir le réflexion.
Et si le Collège restait sourd à la proposition de report, deux amendements au règlement des maternités commerciales étaient proposés :

  • Un accompagnement obligatoire du nouveau commerçant par une structure reconnue comme l’UCM, Job’In, etc.
  • Intégrer des critères liés à la valeur ajoutée du commerce en matière de circuits courts, de produits artisanaux et locaux, d’up-cycling, etc.

Le Collège refusera le report du point et le groupe ICI votera finalement seul ce règlement lié aux maternités commerciales. Dont acte.
Si le sujet vous intéresse, un article est dédié à ce sujet : Commerces : Le Collège avance dans le désordre et avec des moyens inadaptés.

Marché couvert

François Bouchat s’est ensuite exprimé au sujet du marché couvert. Les récentes publications dans la presse faisaient état d’un risque de fermeture du marché couvert dans les 3 mois si celui-ci ne mettaient pas en place toutes les mesures de traçabilité nécessaires et demandées depuis plusieurs années par l’AFSCA (agence fédérale pour la sécurité de la chaine alimentaire).

Malgré l’urgence, le Collège n’avait pas jugé bon de mettre ce point à l’ordre du jour du Conseil, estimant que c’est au sein de l’Assemblée Générale de l’asbl Marché Couvert que le débat devait avoir lieu. Sauf qu’aucune AG n’était prévue dans les prochains jours, elle a finalement été convoquée pour début mars. On espère (et on le pense)  que notre intervention aura au moins contribué à accélérer la programmation de cet organe de gestion du marché couvert.

Au Conseil, François a demandé que toute la lumière soit faite sur les points reprochés au marché couvert et que le Collège nous explique tout ce qui était mis en œuvre pour éviter la fermeture du marché couvert ! Des réponses techniques ont été apportées et l’engagement d’un organisme « qualité » externe a été confirmé pour mettre à niveau la gestion de cet outil important pour l’emploi et le secteur agricole.   

En conclusion, le constat de rupture de dialogue entre l’AFSCA et les gestionnaires du Marché Couvert a été dressé par François qui demande que ce dialogue et cette relation de confiance soit rétablie au plus vite.

Commune zéro-déchets – convention avec le BEP

Une convention a été passée par le Collège avec le BEP pour que Ciney participe à la démarche « zéro-déchet ». L’initiative peut paraître chouette et Ecolo espère qu’elle pourra effectivement atteindre son objectif de diminution de la quantité de déchets sur le territoire de la commune. Néanmoins, 3 points principaux retiennent notre attention et Valérie Vanheer a pris le temps de les expliquer au Collège pour qu’ils y soient attentifs.

  1. Le BEP ne nous parait pas être l’organe le plus approprié pour promouvoir le zéro déchet. En effet, le BEP se rémunère principalement sur la quantité de déchets collectés, nous voyons donc une contradiction entre son modèle économique (la manière de financer son service) et l’objectif de réduction des déchets. Nous craignons que le BEP fasse plutôt la promotion du tri, comme c’est le cas depuis 20 ans, plutôt que de scier la branche sur laquelle il est assis.
  2. Les services communaux sont déjà bien occupés, auront-ils le temps nécessaire pour mener à bien les missions qui lui seront confiées dans ce contexte ? Il faudra y veiller.
  3. Enfin, et c’est peut-être le plus important, Valérie a animé récemment des ateliers « zéro-déchets «  au bénéfice de personnes précarisées. Dans ce cadre, elle a pu mesurer l’absence totale de prise de conscience par toute un partie de la population, du coût que pouvait générer la mauvaise gestion des poubelles à puce. De nombreuses personnes précarisées, peu sensibilisées à la prévention et au tri, sortent leur conteneur chaque semaine : le nombre de vidanges et le poids de déchets risquent de dépasser largement ceux compris dans le forfait et engendrer  des coût importants chez des personnes déjà précarisées qui risquent de se tourner vers le CPAS pour assumer ces surcoûts. Valérie a donc tiré la sonnette d’alarme et demandé au CPAS d’intégrer cette notion de gestion des déchets dans l’accompagnement des bénéficiaires du CPAS.

Le point reviendra au Conseil communal de mars pour valider le plan d’action « zéro-déchets ». La première année, ce plan devrait reprendre des actions déjà existantes… On en reparle dans un mois pour voir si finalement, le dispositif ne va pas juste servir à financer des actions qui étaient déjà réalisée avant, sans y ajouter de nouveaux projets ambitieux…

Proposition de motion contre les violences faites aux femmes

A l’approche de la journée internationale des droits des femmes (8 mars), et considérant que la violence faite aux femmes, était l’affaire de tous, à tous les niveaux de pouvoir, Valérie Vanheer avait déposé une proposition de motion contre la violence faites aux femmes.

La motion proposait notamment de mettre sur pied un groupe de travail pour intégrer cette dimension dans la politique communale, d’instaurer un conseil consultatif des femmes, de réaliser des marches exploratoires (écolo en avait déjà organisée une en 2018), etc.

Jean-Marc Gaspard a répondu en soulignant (de manière maladroite) qu’à Ciney, il y a avait déjà égalité homme/femme au sein du Collège (bien obligé par loi a-t-il précisé ! ) et au sein du Conseil communal, confondant ainsi parité et égalité et nous démontrant combien le chemin est long pour se faire entendre et prendre au sérieux sur les questions d’égalité.
Le Collège n’est pas encore prêt à s’engager dans cette voie-là, mais pourrait revenir avec une proposition de motion sur cette thématique dans les prochains mois, en fonction de la réaction des autres communes de la zone de police (un peu attentiste sur ce coup-là…)

En effet, en sa qualité de Conseillère à la zone de Police, Valérie a également inscrit ce point à l’ordre du jour d’un prochain Conseil de Police. On aura donc l’occasion de reparler de ce sujet important que nous avons porté au-devant des priorités politique communales pour les prochains mois.  

Budget participatif

Valérie Vanheer, très prolifique avec trois point complémentaires ajoutés à l’ordre du jour du Conseil communal en ce mois de février (merci Valérie), a également demandé une évaluation de la première édition du budget participatif. Malgré les nombreuses questions posées qui relayaient des observations faites par des citoyens, la démarche se voulait constructive.

Les réponses ont été apportées et des améliorations sont attendues pour le prochain budget participatif. Valérie et notre groupe Ecolo souhaite participer activement aux réunions préparatoires à l’organisation de ce budget participatif  et prendre part aux améliorations envisagées.

Quartier de la gare

François Bouchat a enfin pris la parole pour le dernier point inscrit à l’ordre du jour du Conseil au sujet du quartier de la gare. En effet, une fois de plus, les travaux vont bon train dans ce quartier avec le déplacement des quais et le creusement d’un nouveau passage sous-voie. François a demandé à être tenu informé quant aux différents dossiers en cours en lies avec l’aménagement de l’ensemble de ce quartier. Une nouvelle gare set-elle toujours à l’ordre du jour ? L’aménagement de nouveaux parkings est-il envisagé ? Ceux-ci vont-ils rester gratuits ? Le Collège souhaite-t-il « reprendre la main » sur l’aménagement plus global de ce quartier, y compris les terrains vagues en face de l‘école des Forges ? Avec quelle vision, quels objectifs d’aménagement ?

Guy Milcamps a confirmé le projet de nouvelle gare sans avoir plus d’information. Elle serait construite dès début 2022, probablement au niveau du passage sous voie (actuelle gare des bus). Idem pour les parkings, un projet est toujours d’actualité (aucun détail connu) et ils devraient devenir payants à terme. La commune n’a pas encore de vue claire sur les aménagements de la gare, le Collège va néanmoins reprogrammer une réunion de commission sur ce sujet dans les prochaines semaines pour définir quels outils réglementaires sont les plus adaptés à la situation : SOL (Schéma d’Orientation Local) ? Revitalisation urbaine ? Autre démarche… Ecolo sera évidemment présent dans ces futures commissions qui vont plancher sur le futur du quartier de la gare !

François a clos l’intervention en demandant à obtenir les plans d’une éventuelle nouvelle gare pour pouvoir réagir le plus en amont possible par rapport aux aménagements prévus (guichets ? Espaces couverts ? Commerces ?). Par ailleurs, il a estimé que la gratuité des parkings était un beau combat à mener tant pour les navetteurs que pour le confort des habitants du quartier qui pourraient subir un report de parkings dans les rues voisines en cas de parking payant.

La suite au prochain conseil…

Share This